Sur la route du thé

Longtemps première industrie du Sri Lanka, le thé fait toujours la fierté des habitants. À l’origine réservée à la culture du café par les colons britanniques, la région montagneuse est ensuite plantée de théiers sous l'impulsion du planteur écossais James Taylor. C'est le début d'une culture appelée à s'épanouir, pour le plus grand bonheur des amateurs et des voyageurs.

Les secrets du thé sri lankais

Cépages et terroirs

Comme les vins en France, il existe différents cépages et des grands crus, réputés comme les meilleurs au monde. Le thé est cultivé à différentes altitudes : le low-grow (de 0 à 600 mètres) pousse dans le Sud, le médium-grow (600 à 1300 mètres) sur les plateaux et le high-grown (plus de 1300 mètres) dans les hauteurs des montagnes du centre. Le thé produit dans la région montagneuse de Nuwara Eliya est considéré comme le meilleur du pays.

blog--sri-lanka_la-route-du-thé_10
©Jerome Cartegini

Culture et cueillette

Les périodes de cueillettes varient d’une région à l’autre : février à avril dans la région de Nuwara Eliya, janvier à mi-mars à Dimbula et Kandy, juin à septembre à Uva, Galle.

Ce dur labeur est réalisé exclusivement par des femmes tamoules que les Anglais avaient fait venir du sud de l’Inde pour pallier le refus des Cinghalais de travailler dans leurs plantations.

Enveloppées dans leur sari coloré, les cueilleuses récoltent délicatement mais rapidement le bouton et les deux premières feuilles de chaque nouveau plant. Lorsqu’elles ont les mains pleines, elles jettent leur contenu dans un sac ou un panier qu’elles portent sur le dos et qui est soutenu via une sangle attaché sur leur front. Elles doivent récolter entre 18 et 20 kg de feuilles par jour.

La récolte achevée, les cueilleuses quittent les champs en groupes pour se rendre à la collecte où chaque panier est pesé par un contremaître avec une balance. Ce mode de culture harassant n’a pratiquement pas changé depuis plus d’un siècle.

Deux façons de découvrir les plantations de thé

En train : la ligne du Thé

L’une des plus belles façons de découvrir les plantations de thé est de prendre le train entre Ella et Haputale dans les montagnes du centre de l’île. Le trajet surnommé la ligne du Thé offre un spectacle éblouissant. Le petit train qui ne dépasse pas les 30 km/h laisse tout le loisir d’admirer les plantations qui s’étendent à perte de vue sur les plaines et les montagnes.

À pied : Little Adam’s Peak et Lipton’s Seat

Ella et Haputale abritent les plus anciennes plantations de thé du pays. À 3 km d’Ella se trouve notamment la manufacture d’Halpewatte, connue pour son thé d’exception appelé Halpe Tea. Sans forcément passer par une visite de la fabrique, il est possible de partir à la rencontre des cueilleuses tamoules qui travaillent sur les plantations de l’usine en empruntant le chemin de montagne qui grimpe jusqu’au sommet du Little Adam’s Peak (1230 mètres d’altitude).

L’un des points de vue les plus impressionnants à découvrir sur les plantations de thé verdoyantes du centre du Sri Lanka se trouve dans les hauteurs d’Haputale à 1970 mètres d’altitude. Baptisé Lipton’s Seat, il s’agirait selon la légende de l’endroit où le baron écossais du thé sir Thomas Lipton aimait se rendre pour venir admirer son empire. Cette expédition d’environ 8 km à travers une mer de théiers nécessite 2 à 3 heures de marche depuis la fabrique Dambatenne Tea Factory.

Construite il y a plus d’un siècle, la fabrique du magnat du thé utilise encore des machines de l'époque. Une visite particulièrement intéressante permettant de découvrir les processus de fabrication du célèbre thé Lipton. Le pays du thé n’a pas fini de nous faire rêver !

blog--sri-lanka_la-route-du-thé_041
Le soleil se lève sur les plantations de la région d'Haputale ©Jerome Cartegini

Leave a Reply