La folie du cricket !

Véritable mystère pour les Français, le cricket est LE sport national du Sri Lanka. Comme le football au Brésil, c’est dire, chaque match déchaîne des torrents de passion. Partout dans le pays, le moindre bout de terrain est l’occasion pour les enfants et les plus grands de taper dans la balle…

Drôle de sport

Lorsqu’on n’est pas amateur, difficile de se passionner pour ce sport auquel on ne comprend absolument rien… Tout d’abord parce que le terrain est ovale, les joueurs semblent plus être habillés pour aller à une tea party de la duchesse de Windsor que pour en découdre, les actions sont d’une lenteur exaspérante, et puis surtout les règles du jeu demeurent une véritable énigme pour la majorité des Occidentaux.
Et pourtant, il paraît que c’est très simple (si, si !) Comme le foot, le cricket a été inventé par nos voisins britanniques à l’époque où son empire s’étendait aux quatre coins du monde. Il est d’ailleurs essentiellement pratiqué à très haut niveau par d’anciennes colonies faisant partie du Commonwealth comme l’Afrique du Sud, l’Australie, le Zimbabwe, la Nouvelle-Zélande, le Pakistan, ou encore l’Inde.

 

©Jerome Cartegini
Partie de cricket improvisée sur un terrain municipal de Nuwara Eliya

Champion du monde !

La première édition de la coupe du monde du cricket a eu lieu en 1975 et se déroule depuis tous les 4 ans. Au top, l’équipe nationale du Sri Lanka a remporté la récompense suprême en 1996 contre l’Australie et a été finaliste des deux dernières éditions en 2007 et 2011. Autant dire que les joueurs de l’équipe sont adulés comme des dieux au Sri Lanka.

Lors de la diffusion d’un match important, le pays semble s’arrêter. Mieux vaut ne pas avoir à rechercher un tuk tuk ou avoir besoin de demander des informations à la réception de son hôtel à ce moment-là. Il faut prendre son mal en patience, et c’est peu de le dire, car un match dure entre 4 et 5 heures, voire parfois plus…

 

Les jours de match, les 15 000 places du stade Sinhalese Sports Club de Colombo se vendent comme des petits pains
Les jours de match, on s'arrache les 15 000 places du stade Sinhalese Sports Club de Colombo.

Sport et religion nationaux

Partout dans le pays, y compris dans les villages les plus reculés, la moindre surface plane sert de green pour jouer au cricket. Que cela soit sur la plage, dans les montagnes, voire sur la route, impossible de rater les enfants tout sourire qui s’entraînent à lancer la balle durant des heures.

La ferveur pour ce sport est telle que l’écrivain Shehan Karunatilaka a utilisé le cricket comme métaphore pour décrire la société sri-lankaise dans sa passionnante nouvelle Chinaman. Qu’on se le dise, au Sri Lanka, on ne peut pas échapper à la folie du cricket…

© photo principale : Jérôme Cartegini © photos article : Jguk, Jérôme Cartegini

  • Olivier

    C tellement ça ! Et encore je pense que les Sri-Lankais adulent encore plus le cricket que les Brésiliens le foot