Balade à Nuwara Eliya

Au cœur des montagnes du Centre du Sri Lanka à une centaine de kilomètres de Kandy, Nuwara Eliya ("cité de la lumière") est un peu aux Sri Lankais ce que Gstaad est aux Suisses. Une étape rafraîchissante qui réserve quelques belles surprises.

So british !

Perchée à 1889 mètres d’altitude, la petite ville de Nuwara Eliya domine une magnifique vallée parsemée de prairies, de bois, de plantations de thé, de vergers, et de cascades scintillantes. C’est la ville la plus haute du pays, et celle où les températures sont les plus basses (entre 11 et 20 degrés en moyenne). Des conditions climatiques qui séduisent les colons britanniques lorsqu’ils découvrent cette région peu peuplée au début du XIXe siècle. À partir de 1828, ils commencent à bâtir de toutes pièces leur hill station (station thermale) pour fuir les chaleurs étouffantes de Colombo et des basses terres.

 

Lever de soleil sur les plantations de thé de Nuwara Eliya
Lever de soleil sur les plantations de thé de Nuwara Eliya

La région ne cesse ensuite de prospérer grâce notamment à l’explorateur et homme d’affaires anglais Sir Samuel White Baker. Lorsqu’il découvre la station en 1848, ce dernier est persuadé de pouvoir y développer une agriculture à l’européenne et fait venir bétail, semis et équipements agricoles. Le plateau de Nuwara Eliya devient très vite une zone agricole florissante recouverte de potagers et d’arbres fruitiers. Encore aujourd’hui, la ville est le centre des cultures maraîchères de l’île. Considéré comme le père de la station, Samuel White Baker contribue également à implanter une fructueuse industrie laitière ainsi qu’une importante brasserie. À la fin du XIXe siècle, c’est ensuite l’industrie du thé qui commence à croître dans la région.
Tous les ingrédients sont donc réunis pour que la bourgeoisie anglaise installe ses quartiers dans la ville qu’elle a façonnée peu à peu à son image comme une véritable Little England. En témoignent les somptueuses demeures de style Windsor et Tudor à colombages, mais aussi l’immense parcours de golf 18 trous (le plus grand du Sri Lanka !) dont certains greens se trouvent au beau milieu du centre-ville actuel, ou encore le champ de courses hippiques pour le derby du week-end. Sans oublier le lac artificiel Gregory créé à l'époque pour que les colons puissent s'adonner aux plaisirs du canotage.

 

Les vestiges des colons britanniques font le charme de la ville.
Les vestiges des colons britanniques font le charme de la ville.

Visiter Nuwara Eliya

Après les Anglais durant l’époque coloniale, c’est aujourd’hui les Sri Lankais aisés qui viennent prendre leur quartier d’été à Nuwara Eliya. Matchs de cricket, tennis, courses hippiques, golf, soirées mondaines, tout le gratin du pays vient pour voir et être vu dans la station thermale huppée. Bien que le caractère britannique de la ville tende à s’estomper, il y a encore de belles découvertes à faire.
Sis dans un bâtiment aux allures de manoir écossais, le Hill Club se dresse sur les hauteurs de la ville. Fondé en 1876, ce club ultra chic est encore réservé à une certaine élite, mais les gens du peuple (sic ) peuvent se voir temporairement autoriser l’accès au bar et au restaurant moyennant 50 Rs. Cravate et costume sont toujours de rigueur pour le dîner, mais il est possible d’en louer à la réception. Impossible de manquer l’imposant Grand Hotel situé juste à côté dans la rue du même nom.

 

blog-inde-sri-lanka-nuwara-eliya-parc

Idéalement située entre le sublime parc de Hortons Plains à une trentaine de kilomètres et le fameux Adam’s Peak (69 km), Nuwara Eliya est souvent décrite à tort par les guides de voyages comme une étape sans intérêt. Il y a pourtant de belles balades à faire pour découvrir le passé colonial de la ville. Détail non négligeable, Nuwara Eliya possède des trottoirs pour les piétons contrairement à la plupart des villes du Sri Lanka et c’est vraiment très agréable !
En descendant la rue principale, vous tombez sur le Old Bazar et ses échoppes sans grand intérêt, puis sur une jolie petite poste aux murs de briques roses et de bois rouge et blanc. Pour admirer les belles demeures coloniales de la ville, le mieux est de longer ensuite le beau Victoria Park (l’ancien jardin des thermes, dont l’entrée est malheureusement payante) jusqu’au champ de courses, puis les berges du lac Gregory. Si le temps le permet, il est possible de louer un pédalo ou une petite barque pour faire une balade sur le lac ou d'embarquer pour une croisière en bateau restaurant. Les paysages sont tout simplement superbes.

 

Oserez-vous louer l'un des pédalos du lac Gregory ?
Oserez-vous louer l'un des pédalos du lac Gregory ?

À certains endroits on se croirait vraiment dans une bourgade anglaise, mais les femmes drapées dans leur sari, les temples et autres stupas immaculés, les rickshaws, ou encore les animaux (chevaux, ânes, singes, chèvres)… qui évoluent un peu partout en liberté sont là pour nous rappeler que l'on se trouve bien au Sri Lanka.  C'est ce mélange détonnant des genres qui fait tout le charme de Nuwara Eliya...

© photo principale : Jérôme Cartegini © photos article : Jérôme Cartegini